A la rencontre de Mathilde, créatrice affranchie des bijoux Carthage

Héloïse de Menthière - 23 novembre 2020

Carthage… À lui seul, ce nom évoque à la fois l’exotisme, le sublime, et l’intemporel. On pense immédiatement à la belle Salammbô de Flaubert, passionnée, libre et audacieuse. Telle est peut-être la femme des bijoux Carthage.  A un mois de Noël, zOOm vous propose d’aller à la rencontre de sa créatrice, Mathilde de Saint Lager, dans son atelier près de Versailles.

Une passion pour le beau et une expérience fondatrice chez Laure de Sagazan

Carthage-zoomversailles

Mathilde à l’ouvrage sur son établi – ©Art Shooting/Gwenola de Crémiers

Créer : le mot semble habiter la belle Mathilde qui couvre ses carnets de mots et d’idées. Elle nous ouvre les portes de son bureau/établi. Quelques photos, des babioles avec toujours de beaux matériaux et surtout des outils : pinces, limes, maillets de toutes tailles, car Mathilde a une obsession : CRÉER de beaux objets

Diplômée d’une école de commerce, elle commence sa carrière dans l’univers du textile, déjà attirée par les matières et le travail de confection… jusqu’à son mariage en 2009, pour lequel Mathilde recherche du beau et de l’unique. Elle demande à sa cousine Laure de Sagazan de lui coudre une robe selon son inspiration. Le début d’une aventure entrepreneuriale pour la styliste aujourd’hui reconnue qui, emballée par cette expérience, montera ensuite sa maison de couture de robe de mariée. Mathilde la rejoint aussitôt pour accompagner et développer la marque pendant sept années, aussi intenses que passionnantes. « Pendant ces sept ans, j’ai réalisé l’importance qu’avait pour moi le tutoiement d’un SAVOIR-FAIRE au quotidien, le travail avec la main, la complicité avec les artisans, le binôme fascinant entre la création et la fabrication». Ce qu’elle désire, c’est bien être au cœur du produit et de sa création, et cette appétence pour le savoir-faire et pour le BEAU devient son moteur.

Après cette expérience fondatrice, Mathilde laisse parler sa petite voix en elle qui l’invite à se lancer, et quitte la prestigieuse maison de couture pour voler de ses propres ailes. La créatrice rejoint le réseau naissant «Artisans d’avenir» grâce auquel elle se forme à la fabrication de bijoux tout en contribuant au projet.

« Le réseau « Artisans d’avenir » m’a vraiment porté. Il permet à la fois de désacraliser l’artisanat d’art, de l’ouvrir plus largement et d’aider les artisans à se faire connaître ».

Elissa des temps modernes, Mathilde crée la nouvelle Carthage ! 

Bijoux Carthage-Création

Zoom sur le poinçon de Carthage et sur les boucles d’oreilles Salâambo – ©Art Shooting/Gwenola de Crémiers

De ces rencontres et de ces mois de formation naissent les bijoux Carthage : une collection à son image, élégante, raffinée et affranchie des codes. « Je crée selon mon inspiration, en essayant de ne pas m’enfermer dans une catégorie. La première valeur de Carthage est la liberté, liberté de s’exprimer à travers ces créations, mais aussi une certaine liberté intérieure d’une femme qui s’assume. C’est cette liberté qui m’amène à me lancer, à avancer sur le chemin de la création. C’est  aussi une liberté totale dans le choix des modèles, des matériaux ».

Pour travailler ses bijoux, Mathilde rejoint régulièrement un espace de co-working dédié aux bijoutiers, dans lequel des artisans chevronnés accompagnent les plus jeunes. Elle collabore avec tout un réseau d’artisans qu’elle a appris à connaître : fondeur, doreur, bijoutières… « La rencontre, l’humain font partie des valeurs de Carthage. J’ai à cœur de privilégier le contact et la proximité » nous livre-t-elle.

Autre engagement cher à Mathilde, la responsabilité écologique et sociétale. « Je veille à la traçabilité des matières, et l’objectif final est d’offrir des bijoux en or labellisé  « fairmined » mais c’est un processus qui prend du temps. Pour le packaging, je fais ce que l’on appelle de l’upcycling, à partir de rachat de stocks haute couture. J’ai imaginé aussi des foulards en tissu certifié oeko tex pour emballer mes bijoux, à la manière des furoshikis japonais ».

La collection Carthage, une invitation à la liberté et au voyage

Bijoux Carthage-Création

Mise en scène : collier Elissa ; boucles d’oreilles Salâambo – ©Art Shooting/Gwenola de Crémiers 

Tanis, Enée, Elissa, et Salâambo, les noms des collections de Mathilde évoquent l’exotisme, une certaine douceur de vivre, une invitation au beau. Des bijoux en plaqué or (18K), des torsades, de l’or jaune et rose, Mathilde laisse parler son inspiration, imprégnée par le monde végétal pour cette première collection. De la bague Elissa, aux créoles Salâambo, aux joncs de la déesse Tanit, Carthage renvoie à un univers aussi mythique que mystérieux et réveille la femme audacieuse et passionnée

Pour retrouver ces parures, l’e-shop reste une bonne option, avec des frais de port offerts en France. A Versailles, le mieux est d’aller les admirer dans la jolie boutique CABANE où vous les découvrirez sur des pierres de Tuffeau récupérées et taillées par notre inventive créatrice. 

Et pour la prochaine collection ? Des bijoux plus volumineux, une technique différente à la cire perdue, technique millénaire qui offre encore de nouvelles possibilités de création, un nouvel espace de liberté pour la belle affranchie. 

Carthage | www.carthage-creation.com | Facebook | Instagram

Cabanes-Décoration  | 13, rue de la paroisse| 78 000 Versailles |Tel : 01 39 50 63 46

Partager
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Articles similaires
Contactez-nous