Les expo d’hiver à Versailles qui vous donnent le moral !

France Martin-Monier - 26 novembre 2019

Même s’il pleut, même s’il fait froid, n’hésitez pas à sortir de chez vous pour découvrir quelques belles expositions…l’exposition “Versailles Revival” vous invite au Château de Versailles tel qu’il était admiré entre 1867 et 1937 à travers plus de 350 oeuvres, le musée Lambinet vous fait entrer dans l’art du portait au XVIII ème siècle et le musée de la Toile de Jouy vous propose une immersion dans les tissus et les motifs.

Versailles Revival 1867 – 1937 au Château de Versailles

Dates de l’exposition : 19 novembre 2019 – 15 mars 2020

 width=© Château de Versailles / Didier Saulnier

“Je suis ivre de Versailles, c’est comme une maladie, un état amoureux, une passion criminelle.” Alexandre Benoit, lettre de l’artiste à son neveu Eugène Lanceray, 1905

Cette exposition permet de découvrir Versailles comme vous ne l’avez jamais vu à travers 350 oeuvres, documents, photographies, courts-métrages… “Il ne s’agit pas exactement de renaissance ou de résurrection ” nous dira Catherine Pégard “car le Château de Versailles n’est jamais mort mais Versailles devient un phénomène de société, un endroit où il faut être, un endroit qui inspire les poètes, les peintres, les musiciens”.

Le point de départ est l’exposition universelle de 1867.  L’impératrice Eugénie se passionne pour  Marie-Antoinette et décide de reconstituer la chambre de celle-ci au Petit Trianon. Nous pouvons l’admirer dans l’exposition : nous sommes amusés par le lit Napoléon III, les vases en porcelaine de Paris, une reconstitution qui semble si loin de la vérité historique.

Se succède ensuite toute une série de peintures qu’on appelle historicistes qui s’inspirent d’événements historiques.

Eugène Lamy peint Les bains à la Cour un fantasme complet de baignade dans le bassin de la Colonnade. Quant à Georges Roux, il nous montre la famille royale en barque sur le Grand Canal, symbole d’un monde qui va être englouti. On adore le coté kitch de l’ensemble.

Le bain de la marquise d’Alexandre Benoit est exquis, on reconnait les jardins du Petit Trianon avec au loin le Temple de l’Amour. Ce peintre russe devenu un amoureux de Versailles ne quittera plus les allées du parc pour mettre aussi en scène un Louis XIV vieillissant.

Versailles redevient un lieu de représentation du pouvoir et de visites diplomatiques. La III ème République s’y installe. Nous sommes impressionnés par la gigantesque peinture d’Alfred Roll qui représente une scène de liesse populaire celle du centenaire des Etats Généraux au bassin de Neptune. Cette oeuvre est pour la première fois exposée ici.

Trois femmes dans le parc de Versailles de Paul Helleu nous immerge dans l’atmosphère des jardins. L’automne devient la saison privilégiée pour visiter le parc à la Belle Epoque et inspirent les écrivains, les peintres, les photographes, les musiciens, les hommes politiques. Coup de foudre pour cet artiste, ses silhouettes de jeunes femmes, ses vues du parc…un charme belle époque irrésistible !

Certains comme Louis II de Bavière ou Boni de Castellane ou encore de riches américaines vont copier Versailles, le Grand Trianon ou le Petit Trianon. Même le Paquebot France sera une sorte de Château flottant appelé ” le Versailles des mers  “!

© Collection French Lines & Compagnie © Château de Versailles

On termine avec bonheur sur un Versailles nouveau qui inspire les nouvelles tendances de la mode, de l’art de vivre, de l’illustration. Qui ne rêverait pas de ce costume “topiaire” inventé par Paul Poiret ou d’assister à une de ces fêtes de nuit représentée par Gaston La Touche ?

L’avis de Zoom : Une exposition à voir absolument, on y apprend beaucoup de choses même pour tout bon Versaillais expert sur le Château, les documents présentés sont vraiment variés et amusants, un livret-jeu gratuit existe pour les enfants et pour couronner le tout, vous apercevrez peut être le fantôme de Marie-Antoinette

Toutes les informations sur les visites guidées ou les activités enfants sur www.chateaudeversailles.fr. 

Tarif : 18 euros

Cent portraits pour un siècle au Musée Lambinet
De la Cour à la ville sous les règnes de Louis XV et Louis XVI

Dates de l’exposition : 6 novembre 2019 au 1er mars 2020

© Musée Lambinet © France Martin-Monier

Vous découvrirez dans cette exposition les visages du Siècle des Lumières à la fois des noms illustres comme ceux de la famille royale de Louis XV ou de Louis XVI que des noms moins connus de courtisans ou de simples bourgeois de province.

Rassemblés par le “conservatoire du Portrait du Dix-Huitième siècle” depuis plus de 30 ans et grâce à un gigantesque travail de recherche pour identifier les personnages représentés et les artistes, vous apprécierez tous ces visages.

Vous y trouverez des oeuvres des plus grands artistes de l’époque comme Louis-Michel Van Loo, Joseph-Siffrède Duplessis ou Elisabeth Vigée Le Brun et celles de maitres moins célèbres comme le Chevalier de Large ou Adelaide Hubert. Tous ces peintres ont voulu à la fois transcrire l’apparence physique ainsi que le caractère et le tempérament de leurs modèles.

Les enfants apprécieront le livret-jeu qui leur permet dans chaque salle de qualifier les émotions observées sur les visages, d’observer les symboles ou les détails qui permettent au visiteur que nous sommes de savoir à qui nous avons à faire : un membre de la famille royale, une homme de lettre, un courtisan, un homme d’église…

Adultes et enfants aimeront aussi la visite théâtralisée (prochaines dates 8 décembre, 12 janvier et 12 février à 15h) qui met en scène un gentilhomme de la Cour et Elisabeth Vigée le Brun, leur conversation permet de découvrir les tableaux de façon amusante.

Que de délicatesse dans toute cette galerie de portraits, que de dentelles, de dorures, de perruques, de coiffures rehaussées de fleurs ou de plumes, que de couleurs pastels et de toilettes vaporeuses !

Quelques uns de nos portraits préférés Louis Jean Baptiste Etienne Vigée, frère de l’artiste peint par Elisabeth Louise Vigée Le Brun, Marie-Antoinette, reine de France peint par Elisabeth Vigée Le Brun, Charles-Philippe de Bourbon, conte d’Artois de Katherine Read, Yekaterina Romanovna Voronstova, future princesse Dachkova de Pietro Antonio Rotari…

L’avis de zOOm : Beaucoup de charme dans cette exposition, alors n’hésitez plus !

Musée Lambinet, 54 bd de la Reine, 78000 Versailles, www.versailles.fr
Tarif : 6 euros

Exposition “l’étoffe de ma garde-robe” au musée de la toile de Jouy à Jouy-en-Josas

Dates de l’exposition : 8 octobre 2019 – 12 février 2010

 width=© Musée de la Toile de Jouy

Qui ne connaît pas la toile de Jouy célèbres pour ses motifs de personnages avec des décors ou des paysages ?
Avec l’exposition « l’étoffe de ma garde-robe », vous apprendrez que ces célèbres motifs ne sont qu’une petite partie parmi les très nombreux motifs imprimés par la manufacture de Jouy.

Vous admirerez les perses qui sont des toiles imprimées de motifs d’inspiration indienne aux couleurs vives d’abord utilisées dans l’ameublement qu’Oberkampf va sélectionner pour l’habillement. Au départ, celui-ci en 1764 copie les cotonnades indiennes mais très vite il va créer son style et faire de sa manufacture une entreprise très réputée.

Vient ensuite la mode des fleurs :  des robes, des jupons en coton piqué, des caracos couverts de fleurs exotiques ou des fleurs des champs ravissent les yeux… et en particulier une robe à l’anglaise du XVII ème siècle que vient d’acquérir le musée.Les motifs géométriques, les zébrures, les rayures et les losanges font leur apparition à la fin de l’Ancien Régime et nous surprennent par leur modernité.
Dans les années 1800, l’innovation technique qu’est le cylindre de cuivre qui remplace la planche de bois, permet de miniaturiser les motifs et d’obtenir de nouvelles formes abstraites comme « la palmette cachemire » , de petites fleurs stylisées.

Enfin, voilà les fameuses scènes figuratives qui deviennent un décor d’intérieur très apprécié de la bourgeoisie avant que les grandes maisons de couture s’en emparent.
Les visiteurs aimeraient porter une des tenues de grands couturiers ici exposées. Carven, Hermès, Dior, Max Mara, Castelbajac…ont revisité tous ces motifs pour en faire des créations originales.

L’avis de Zoom : Vous aimerez cet agréable retour en arrière dans l’histoire de notre garde-robe pour comprendre que la mode est un éternel recommencement!

Profitez des ateliers et conférences. Pour les enfants à partir de 6 ans, chaque 2ème dimanche du mois à 15h, ils peuvent participer à des ateliers créatifs de 2h. Tarif 12 euros par enfant et inscription obligatoire.

Musée de la Toile de Jouy | 54 rue Charles de Gaulle 78350 Jouy-en-Josas| www.museedelatoiledejouy.fr

Tarif : 10 euros tarif plein / 7 euros tarif réduit

Ces trois expositions vous emmèneront à travers notre Histoire et dans chacune d’elle c’est toute une série d’anecdotes et de détails savoureux qui vous La feront vivre !

 

Partager
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
Articles similaires
Contactez-nous