Sous le soleil exactement, le cyanotype revisité

Gwenola de Crémiers Gwenola de Crémiers - 03 octobre 2019
Capsule Market présente « Sous le soleil exactement », une collection de cyanotypes réalisés par la créatrice Emmanuelle Boudaillez. L’exposition se tient jusqu’au 12 octobre.
©Art Shooting / Gwenola de Crémiers

Derrière « le Soleil, exactement »…

…il y a Emmanuelle Boudailliez, 46 ans, mariée, quatre enfants. Après 8 ans à l’étranger (Malaisie, États-Unis, et Australie), et un retour en France en 2015, Emmanuelle fonde en 2018, en parallèle d’une activité salariée, sa marque « Sous le Soleil exactement » et créé des cyanotypes uniques. Est-ce parce qu’elle a de nouvelles envies d’évasion, après trois années sans mouvements, déjà ?! « Dans mon travail, il me manquait ce côté créatif : là je crois que j’ai trouvé », dit-elle.

Kézako « Cyano » ?

 C’était tout au bord de la mer / Depuis, j’ai oublié laquelle / Sous le soleil exactement/ Pas à côté, pas n’importe où / Sous le soleil, sous le soleil / Exactement, juste en dessous ».

Ces paroles de Serge Gainsbourg ont donné son nom à « Sous le Soleil exactement ». Elles expliquent ce qui se cache derrière le mot « cyanotype » : des œuvres sur papier, imprimées par l’action du soleil. Ce procédé photographique, qu’Emmanuelle a découvert fortuitement, ne date pas d’hier ! Il a été inventé en 1842 par Sir Herschel, un chimiste anglais, qui l’a mis au point en travaillant sur la réaction des sels de fer à la lumière.
Après avoir préparé, dans la pénombre, le sujet en négatif, Emmanuelle ajoute au pinceau du ferricyanure de potassium, plus communément appelé « sel de fer », sur une feuille de papier aquarelle. Elle laisse ensuite sécher le support dans l’obscurité, qui, une fois sec, a une couleur jaune tirant sur le vert.
L’épreuve est alors mise quelques minutes sous la lumière du soleil, « sous le soleil exactement, juste en dessous » : avec les rayons ultraviolets, le sel de fer se colore en bleu. Un « cyanotype », c’est donc, tout simplement, une impression de couleur cyan. Les motifs restent en clair, grâce au négatif qui les a protégés des rayons. Le tirage est rincé à l’eau et… le cyanotype est terminé ! Les possibilités sont infinies pour obtenir des teintes de bleu allant du cyan au violet. Emmanuelle rehausse cette couleur bleue avec des touches d’acrylique jaunes, rouges ou vertes. Pour ce qui est des motifs, elle puise son inspiration dans les cartes anciennes ou les photographies vintage achetées en brocante, les herbiers, les grandes feuilles d’arbre.

Une technique ancienne et un esthétisme contemporain

©Art Shooting / Gwenola de Crémiers
Emmanuelle aime l’idée de « revisiter » cette technique ancienne à travers un esthétisme contemporain, au sein duquel la Nature occupe une place prépondérante mais « de manière inconsciente », reconnait-elle.
Elle s’inspire du végétal, dans des représentations telles que les grandes feuilles palmées, les herbiers, ou les carrés du parc du Château de Versailles. Elle s’inspire aussi de l’eau : les cartes nautiques, les marais salants (de Noirmoutier), les poissons « qui bullent », ou les bassins du parc du Château. Et du ciel aussi, à travers des images issues de photographies anciennes comme ce nageur se jetant du plongeoir – tiens, l’eau encore – ou le détail d’une grue nantaise.

New York hier et toujours !

En expatriation aux États-Unis pendant 5 ans, à Houston puis à New-York, Emmanuelle y a pris « conscience de la couleur », me raconte-t-elle. Et, à bien y regarder, ses cyanotypes sont sensiblement marquées par cette « école de New-York », et par un de ses principal représentant : Mark Rothko (1903-1970). Elle a d’ailleurs eu la grande chance d’admirer à Houston les 14 toiles dans les bleu-violet que Rothko a réalisées pour « sa » Chapelle.
Apparue dans les années 1940, l’école de New-York est représentée par l’expressionnisme abstrait et regroupe une communauté d’artistes, comme Jackson Pollock, Mark Rothko, Barnett Newman ou Willem de Kooning. Ces artistes ont comme point commun de couvrir entièrement leurs toiles de peinture : le « all over ». Deux tendances s’y développent : l’Action Painting (la peinture gestuelle, de Pollock) et le Colorfield (le champ coloré, de Rothko). Les artistes de la mouvance Colorfield s’expriment à travers des aplats de couleurs vives, privilégiant des motifs géométriques redondants, et leurs toiles, des grands formats, sont volontairement dénuées de profondeur. Ce courant se caractérise aussi par le regard porté sur les techniques modernes, mises au service de l’art.

« The American touch », but…

©Art Shooting / Gwenola de Crémiers
Dans les cyanotypes estampillés « Sous le Soleil exactement », nous retrouvons certaines de ces composantes de l’école de New-York : l’apport de la technique au service de l’esthétisme, le goût pour les motifs qui se répètent à l’envie, les aplats d’une couleur vive qui gomme la profondeur et suspend le motif dans l’espace chromatique. Vous ne serez pas étonnés non plus d’apprendre que le prochain défi d’Emmanuelle sera, à l’instar des expressionnistes abstraits : le grand format !
En revanche, Emmanuelle reste attachée à la figuration : ces motifs sont très identifiables. Toutefois, certaines séries comme les carrés de l’Orangerie, de la cour de Marbre du Château de Versailles ou des herbiers frisent l’abstraction tant le motif, répété, devient géométrique.
L’arrivée d’Isabelle Deteix, artiste peintre, dans l’aventure de « Sous le Soleil exactement », multipliera les inspirations : il nous tarde de voir cette nouvelle collection !
En attendant, vous trouverez les cyanotypes gaufrés « Sous le Soleil exactement » sur https://www.facebook.com/souslesoleilexactementversailles/ et en vente entre 70€ et 120€ (selon le format) chez Capsule Market. 
Exposition du 1er au 12 octobre 2019 chez Capsule Market, au 8 rue Richaud, à Versailles, du mardi au samedi de 10h à 19h.
Pour tout renseignement, contactez Emmanuelle Boudailliez au 06 52 15 19 78.
2019-10-03T09:28:19+02:00

Articles similaires

Rejoindre
la communauté
Suggérer
une adresse
Proposer
un événement
Contactez-nous