Du street art versaillais

Ségolène Roger-Machart - 21 mai 2018

C’est depuis les années 2000 que le geste ancestral du graffiti s’est mué en quelque chose de plus figuratif, nommé street art ; cette pratique, qui se développe depuis quelques années, à grands coups de bombes aérosol, a acquis ses lettres de noblesse, et devient peu à peu un art reconnu, quoiqu’encore souvent illégal.

A Versailles, c’est tout naturellement que le street art a épousé les exigences de la renommée royale de la ville. Grâce à une collaboration entre la mairie et l’Ecole d’Art Mural de Versailles depuis huit ans, le mobilier urbain (essentiellement) a été transformé en magnifiques trompe-l’œil, variations sur les Fables de La Fontaine, Molière, la musique baroque et les parcs et jardins, sans oublier la palissade de la place de l’Europe, sur laquelle de somptueux chevaux racés patientent dans leur box ou se promènent avec leur maître.
L’école est fière de former ses élèves à l’excellence de l’art, et a la satisfaction d’envoyer en juin trois jeunes de l’école, pour représenter Versailles à Postdam.

La douzaine d’élèves de chacune des promotions participent depuis 2010 aux « chantier école » en extérieur, ravis de partager leur passion avec les passants. Vous pourrez les admirer encore cette année, si vous patientez un peu et que vous êtes attentifs : on ne peut encore dévoiler le lieu de leurs prochaines actions ! (mais Zoom vous tiendra informés 🙂

Et depuis un an, grâce à l’ingéniosité d’un jeune couple versaillais, Guillaume et Emilie Devaux, nous pouvons au fil de notre promenade urbaine faire parler le mobilier devenu. Des comédiens se sont prêtés au jeu et c’est un véritable pur petit plaisir, car La Fontaine est immortel et savoureux… « C’est parti d’un manque en tant que visiteur ; nous passons devant de si belles choses au quotidien et nous n’avons pas d’explications ! « explique Emilie Devaux. La technologie Beekup, balise connectée en buetooth, permet à l’utilisateur d’être informé de la présence d’un point d’intérêt autour de lui. L’application est gratuite, extrêmement légère et permet à l’utilisateur de garder en mémoire les jolies choses vues.

Le street art habille également, depuis février, les palissades des travaux de la gare des Chantiers ; deux artistes, Fikos et Waone, invités par le collectif « Quai 36 » (agissant surtout à Paris), qui a été convié par la ville de Versailles et l’entreprise Nexity, ont apporté leur regard sur la ville royale, sur 300m2 de panneau. Mais là aussi, attention, tout est peint au pinceau, en noir et blanc, et les sources d’inspiration ne sont autres que Colbert, Lavoisier, et bien sûr Louis XIV !

A l’issue du chantier, les palissades seront réparties dans la ville, afin que l’on puisse continuer à admirer cette fresque contemporaine, riche de sens et de symboles, qui rend hommage à la ville et à ses personnages clés.

Et si vous êtes observateurs, vous pourrez aussi distinguer la présence des œuvres du très connu et pourtant anonyme Invader qui s’est lui aussi adapté au style de la ville, dans un registre plus décalé. en plus des traditionnels petites bêtes étranges qui s’installent au dessus des plaques de noms de rue, ses mosaïques représentent le soleil de Louis XIV, son château  (quoique plutôt proche de celui de la Belle au bois dormant de Disney ! ) ou encore Louis XVI portant sa tête…

Pour terminer, profitez sans attendre que la pluie ne fasse des dégâts (c’est le charme de l’art éphémère) des poétiques collages de l’artiste Megumi Nemo, invitée à l’occasion d’Esprit Jardin, qui a orné les murs du Potager du Roi et du quartier Saint-Louis de ses fleurs au bleu caractéristique, signature de cette artiste japonaise. C’est à l’initiative de Jacky Provost, chargé de l’évènementiel pour le site historique de l’Ecole Nationale du Paysage, que l’art s’est invité au jardin, invitation également à une ouverture d’esprit, alliant ancienneté des pierres et nouveauté du street art.

C’est donc un street art estampillé Versailles, avec finalement bien peu de bombes aérosols, qui domine dans la ville, et de ce que l’on sait, nous n’en sommes qu’au début de cette poétisation de notre quotidien. Réjouissons-nous, l’art vient à nous, sans que nous n’ayons d’effort à faire ! Il suffit d’ouvrir nos mirettes…

Beekup – application gratuite. 21 points d’intérêt à ce jour dans la ville. Bientôt au musée Lambinet.

Ecole d’art mural de Versailles, en préparation de chantier.

Collages de Megumi Nemo.

Invasion de mosaïques, par Space Invader.

Quai 36, pourvoyeur de poésie urbaine.

Crédit photos : Ville de Versailles : Marc O Carion, Ecole d’Art Mural de Versailles et SRM.

2018-05-21T23:42:33+00:00

Articles similaires

ZOOM Versailles est un site d'informations indépendant géré par une équipe de bénévoles qui s'adresse aux familles de Versailles et alentour.
Ce site est le vôtre et il ne peut exister que grâce à votre contribution.
N'hésitez donc pas à nous transmettre des modifications, ajouter des informations, ou toutes autres remarques pour son amélioration !
Contactez-nous !


Rejoindre
la communauté
Suggérer
une adresse
Proposer
un événement